Histoire
 

Le nom

- Si l'on en croit Auguste Bernard dans son livre Histoire du Forez paru en 1835, le Mont Pila (sans le t final) portait auparavant le nom de Monts Cemènes et la rivière en a pris le nom.
- D'après la Toponymie générale de la France (Ernest Nègre - 1998), en 1336 on trouve le nom Semena et en 1371 Suména qui serait d'origine gauloise.
- Enfin, si l'on se réfère au Dictionnaire étymologique des noms de rivières et de montagne en France (Albert Dauzat, Charles Rostaing, Gaston Deslandes - 1982), le nom viendrait d'une racine gauloise "sam" signifiant "tranquille" et désignant donc une rivière paisible.
- Dans un arrêt du Conseil d'Etat en 1840, on trouve le nom de Sumène dont l'eau est "corrompue" par une fabrique de carton à Pont-Salomon. Il y avait donc deux homonymes car la Sumène est aussi une rivière qui prend sa source dans le Meygal et se jette dans la Loire à Chadrac. Mais dans les Annales du Sénat, en 1865, on parle de la Semène. Selon les publications, on pouvait trouver l'un ou l'autre nom.

Le bief vers le Furan

A la saison sèche, le Furan n'a plus assez d'eau pour faire tourner les usines. Aussi, en 1688, M. Cusset, membre l'Académie royale des sciences de Paris, étudie la possibilité de capter certaines sources de la Semène pour détourner les eaux vers le Furan. La construction du bief connu sous le nom de "Rio de Rey" est réalisée en 1689. Ce bief passait par les sources de la Semène et de ses premiers petits affluents. Il aurait fonctionné jusqu'en 1694, année où une digue sur le Furan ayant cédée le 3 août, la ville fut inondée et la digue ne fut pas rétablie. Les travaux reprirent en 1794 mais furent stoppés par le gouvernement qui demanda une étude de barrage. En 1813 une nouvelle étude de rétablissement du bief fut entreprise et de nouveaux travaux commencèrent en 1815. Les habitants de St-Genest-Malifaux, qui utilisaient l'eau pour leurs propres activités, ne se laissèrent pas faire et empêchèrent les travaux de se poursuivre.

En 1840, M. Bergeron, ingénieur civil, remet à la mairie un rapport sur les moyens d'alimenter les fontaines publiques de St-Étienne en eau limpide. Il a étudié le captage des eaux de la Semène mais il avait conclu que la quantité d'eau ne serait pas suffisante et les travaux trop coûteux. En conséquence, il vallait mieux prévoir la construction d'un barrage sur le Furan. Une nouvelle étude est faite en 1846 par Pierre Conte-Granchamp qui conduira le début des travaux du barrage du Gouffre d'Enfer de 1859 à 1861, terminés par Adrien de Montgolfier de 1861 à 1866. L'inauguration a eu lieu le 28 octobre 1866. Le barrage du Pas-du-Riot a été construit de 1874 à 1878.

Lire la campagne de presse sur la "question des eaux" parue dans Le Stéphanois du 22 au 29/05/1894 suite à une manque d'eau à partir de 1888. Cette campagne de presse est favorable à la reprise du captage des eaux de la Semène s'appuyant sur un rapport de Conte-Granchamp de 1847. On y évoque même la construction d'un barrage aux Plats, ainsi qu'un à la Séauve, destinés à fournir de l'eau aux utilisateurs afin d'éviter de leur payer des indemnités pour manque d'eau suite au captage. La construction du barrage des Plats interviendra, pour d'autres raisons, beaucoup plus tard.

En 1889, la municipalité Girodet de St-Étienne reprend le projet de bief sur la Semène pour alimenter un troisième barrage sur le Furan. Un aqueduc est même creusé au niveau du déversement dans le Furan. A cette époque, il y a 42 usines employant 1300 ouvriers sur le cours de la Semène et l'eau est essentielle. En 1893, une commission présidée par Adrien de Montgolfier considère qu'il faut abandonner ce projet au profit de la construction d'un barrage sur le Lignon en Haute-Loire. Ce choix va se faire sur fond de polémique entre le maire Pierre Barrallon partisan du projet Furan-Semène et Louis Chavanon opposant. Le choix sera celui du barrage de Lavalette et le projet de détournement de la Semène définitivement enterré lorsque Louis Chavanon deviendra maire en janvier 1895.

On retrouve des traces de ce bief encore aujourd'hui. Voir des photos des vestiges du bief.

Les prises d'eau

On dénombre encore pas moins de 35 biefs sur la Semène et ses affluents, permettant la prise d'eau pour différentes activités dont beaucoup ne sont plus en service aujourd'hui. Voir des photos.